Wu Tang Clan: l'album de millionaire pour sauver la musique | MusicMug

Wu Tang Clan: sortir un exemplaire d’album pour millionnaire et « sauver la musique »

16 Avr

Le Wu Tang Clan est un collectif de hip-hop mythique et pionnier ayant marqué les générations, disposant d’une fanbase énorme. Il a déclaré récemment qu’il allait sortir un album non disponible dans le commerce, produit à un exemplaire, le mettant en vente à 1 million de dollars. Un concept entre sauvegarde artistique et grand intérêt financier.

L’idée du Wu Tang Clan

Sur les 6 dernières années, le Wu Tang Clan a apparemment enregistré des titres pour concocter un double album inédit « Once Upon a Time In Shaolin ». Un seul exemplaire sera disponible à la vente, contenant 31 chansons. L’album est encastré dans un coffret en argent et en nickel façonné par un artiste maroco-britannique. L’ensemble est enfermé dans une maison dans les montagnes du Haut-Atlas au Maroc. Avant la mise en vente, le coffret sera exposé dans divers musées du monde de manière ultra-protégée: les visiteurs devront payer entre 30 et 50 dollars, et seront fouillés pour éviter le piratage.

Wu Tang Clan: sortir un exemplaire d'album pour millionnaire et "sauver la musique"

Voici une citation du groupe, tirée du magazine Forbes:

« Nous sommes sur le point dévoiler une œuvre d’art comme personne d’autre ne l’a fait dans l’histoire de la musique. Nous proposons la vente d’une pièce unique. C’est comparable au fait de posséder le sceptre d’un roi égyptien. Nous défendons l’idée que la musique et l’art seraient indissociables depuis des années. Et pourtant, les deux ne reçoivent pas le même traitement, surtout de nos jours quand on voit que la musique est accessible gratuitement et si facilement »

Réflexions autour du concept

Dans un environnement où la musique a une valeur symbolique tristement proche du zéro, le Wu Tang Clan souhaite lui redonner de la valeur et l’élever au rang d’œuvre d’art. Une analogie se crée avec des lointaines époques, où les rois commandaient une peinture ou une sculpture à un artiste. Des œuvres qui pour beaucoup ont duré dans le temps et devant lesquelles l’admiration est toujours réelle. Des œuvres de musique classique sont considérées à juste titre comme des œuvres d’art. Mais pour la musique contemporaine, qu’en est-il? Actuellement, le contexte est à la surabondance et la dématérialisation… Il existe pourtant bien de l’art dit « contemporain ». Des albums de Jimi Hendrix et Pink Floyd pourraient figurer au rang d’œuvre d’art dans un siècle, bien qu’ils le soient déjà ;) Ils sont aujourd’hui considérés comme des « classiques », et non comme des œuvres d’art. Peut-être faut-il du temps pour comparer les créations, établir des jauges, avant de déclarer une œuvre dite « d’art »… qu’elle soit faite de bois, de marbre ou de musique…

Wu Tang Clan: sortir un exemplaire d'album pour millionnaire et "sauver la musique"

Dans le cas du Wu Tang Clan peut-on parler d’œuvre d’art? Que paye-t-on? Un « concept-coffret » ou une musique hip-hop incroyablement unique et jamais entendue. Le coffret est en tout cas un prototype qui ne peut se copier, contrairement à la musique (sur différents supports)… En tant qu’un des pionniers du style, l’œuvre principale du WuTang Clan est derrière lui. Il utilise ici son image « hip-hop mystique ». Selon l’avis de votre serviteur, rockeur dans l’âme, loin d’être spécialiste du rap mais sachant l’apprécier: le groupe a été créateur d’un univers mêlant références asiatiques (cf son nom) et égyptiennes mêlées à des textes « ghetto » et « hardcore », ce qui a certainement joué sur sa réussite. Ce sont de grandes civilisations ayant une dimension spirituelle, sujettes à beaucoup de fantasmes dans notre société moderne: l’exemple du métal, très friand de connotations historiques et mystiques dans ses textes, visuels et mises en scène. L’opération du Wu Tang Clan ouvrira peut être au public le problème du prix psychologique de la musique: on passe d’un extrême à l’autre. De la surabondance de musique à l’unicité. Le tout dédié à une seule personne, dont on peut se demander ce qu’elle fera du coffret, en ayant un pouvoir absolu sur le contenu. Le Wu Tang Clan offre un trésor sorti des pyramides, intemporel et indestructible en guise de promotion marketing. Un produit « le plus collector possible », concept qui fonctionne pour des artistes cultes appuyés par leur notoriété et une immense fanbase comprenant des « hardcore fans ». Le cœur de ce concept est qu’il rapporte beaucoup plus qu’il ne coûte. « Once Upon a Time In Shaolin » a été enregistré secrètement, pour être disponible en amont de la sortie de l’album du 20ème anniversaire du groupe « A Better Tomorrow ». Un album qui sortira de manière traditionnelle en physique et digital. Un schéma bien pensé.

Sur les réseaux sociaux, l’information a circulé et les fans seront connectés pour la suite des événements: la page Facebook du Wu Tang Clan est passée de 2,8 millions à 4,96 millions de fans en un cours laps de temps. Un membre du groupe (RZA) a affirmé à Billboard que la dernière offre qu’on a faite pour le coffret était de 5 millions de dollars (Bluff?). « Ce qui est rare est cher ». Plutôt vrai si l’on s’inspire du modèle économique de l’art… La rareté deviendrait un puissant critère artistique… On attend avec curiosité le prix final. Peut-être que l’opération sera un échec cuisant. Le groupe serait-il un « requin » jouant sur la crédulité des (d’un) fan(s)? Une démarche qui laisse émettre des gros doutes…

Pour découvrir le coffret sous différents angles et accessoirement faire une offre au Wu Tang Clan… Voici le site officiel: http://scluzay.com/

Crédit photo à la une: NRK P3/Flickr/CC BY-NC-SA 2.0

4 Réponses pour “Wu Tang Clan: sortir un exemplaire d’album pour millionnaire et « sauver la musique »”

  1. Tommy 29 août 2014 à 09:26 #

    D’un côté cette initiative donne l’impression d’un élan égocentrique; mais ça pointe aussi du doigt le caractère marchand de l’art: personne ne se serait étonné de voir une toile de maître vendu aux enchères à ce prix… Bien évidemment puisque nous sommes habitués à ce commerce depuis des siècles. Par ailleurs, le fait que la musique soit le plus impactée par des bouleversements induits par les outils numériques conduit à mener des actions chocs en matière de diffusion ou de promotion.

    • Luc Mug 21 octobre 2014 à 10:59 #

      Tout à fait d’accord. Il est vrai qu’une toile de maître à prix élevé fait partie des mœurs de l’art depuis longtemps, contrairement à la musique dématérialisée qui dans l’esprit des consommateurs n’a (quasiment) plus aucune valeur marchande. C’est une idée parmi tant d’autres dans un contexte où il faut être créatif pour vendre sa musique. De plus le prix fixé est tellement élevé que cela alimente les débats et favorise encore plus la promotion de l’opération.

  2. bruno 17 avril 2014 à 02:00 #

    Le concept marketing ultime appliqué à la musique … Pourquoi pas, mais là, on rentre dans un monde dont je me désintéresse des valeurs!
    En quoi cette approche « ultimate collector » va-t-elle permettre de revaloriser la notion d’œuvre d’art?

    Car enfin, quand François 1er fait venir ce bon Léonard à la cour de France, ce n’est sûrement pour cacher ses réalisations à la face du monde, c’est au contraire un acte politique fort mettant en lumière les valeurs de la Renaissance: les œuvres qui en découlent seront exposées au Louvre à la face du monde.

    L’un des plaisirs forts d’une musique n’est-il pas de la PARTAGER avec les autres?
    A quoi aurait -par exemple- servi « Electric Ladyland » enfermé à vie dans le coffre fort d’un addict d’Hendrix, dans une démarche solitaire et musicalement masturbatoire?

    • Luc Mug 25 avril 2014 à 17:09 #

      Un avis intéressant, qui montre l’aspect élitiste que peut avoir cette opération. Nous sommes dans un environnement musical et technologique qui fait que partage et recommandation sont l’avenir (selon moi).

      Dans ce cas le Wu Tang Clan va complètement à l’opposé. Le collector est un moyen de séduire les fans avec l’exclusivité, et d’engranger des revenus dans un contexte dématérialisé: c’est un fait. Ici c’est un collector poussé à l’extrême. Le groupe prend aussi un risque, c’est à dire de se faire ridiculiser. C’est culotté, osé, peut-être déplacé vis à vis de la conjoncture actuelle pour la moyenne des artistes. A chacun son terme. Certains rois ont certainement commandé des œuvres privées, inconnues du grand public, par plaisir personnel. Sauf que dans ce cas, tout le monde est au courant, en amont de la sortie des 20 ans de l’album « A Better Tomorrow »: on ne peut s’empêcher de penser à une pure opération marketing, ce qui a tendance à faire perdre toute notion d’oeuvre d’art (en dehors de la qualité intrinsèque de l’album).

      Ps: Il aurait été fort dommage qu’« Electric Ladyland » soit enfermé dans un coffre fort ;)

Faire un commentaire